Accueil / Actualités / Le QIZENDAY (Biotine) restera disponible après le 15 avri...

Le QIZENDAY (Biotine) restera disponible après le 15 avril 2019

20/03/2019

A dater du 15 avril 2019, MEDDAY a décidé de fournir gratuitement QIZENDAY aux pharmacies hospitalières. Le QIZENDAY continuera d’être délivré aux personnes déjà traitées.

Il y a quelques semaines nous vous annoncions la décision des autorités de mettre fin à la prise en charge financière de QIZENDAY (Biotine). Le médicament ne serait plus remboursé par la Sécurité sociale à partir du 15 avril 2019.

Finalement il n'en sera rien.  Le laboratoire MEDDAY qui développe ce produit a annoncé qu'il prendrait à sa charge le traitement pour les Patients qui remplissent les conditions de l'ATU soit : prendre ce traitement depuis au moins octobre 2018 (pas de nouvelles inclusions) et retirer un bénéfice de l'utilisation (sans amélioration la prescription ne doit pas continuer). L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) maintiendrait de son côté l'ATU jusqu'en 2020.

Pour rappel et depuis 2016, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) avait accordé une Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU) à la Biotine (QIZENDAY). L'ATU permet aux neurologues de prescrire un médicament en attendant que celui-ci bénéficie d'une Autorisation de Mise sur la Marché (AMM), le processus étant très long.

En novembre 2017, le laboratoire MEDDAY a préféré retirer sa demande d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) Européenne en attendant les résultats d'une étude de phase III qui se déroule aux États-Unis et dont les résultats seront connus en 2020.

Sans demande d'AMM, il ne devait normalement plus y avoir d'Autorisation Temporaire d'Utilisation. C'est pourquoi l'ANSM a tout d'abord limité le nombre de personnes pouvant se voir prescrire de la Biotine (QIZENDAY) aux personnes qui y trouvent un bénéfice. Mais cela ne pouvait être qu'une solution temporaire.

En février 2019, l'ANSM nous informait de la fin de la prise en charge financière de ce médicament ce qui allait priver les patients

Quelle que soit votre situation vis-à-vis de ce traitement et si vous avez la moindre interrogation, nous vous invitons à en parler avec votre neurologue traitant.

Pour en savoir plus sur le parcours du médicament, consultez notre dossier consacré à ce sujet :   numéro 150 du "Courrier de la SEP"

Pr Bruno BROCHET (Président du Comité Médical et Scientifique de la LFSEP), Pr Pierre LABAUGE (Coordonnateur des Centre Ressources et Compétences SEP, Montpellier)

Retour en haut de la page ↑